Lac Nègre

Itinéraire

  • Communes: Boréon
  • Départ: Parking hivernal (1km au-dessus du Boréon)
  • Altitude départ: 1590 m
  • Altitude max:  2366 m
  • Dénivelé cumulé:  +/- 820 m
  • Distance: 16 km
  • Temps: 6h00 Aller-retour
  • Difficulté: Moyenne

On trouve la même randonnée sur les guides randoxygène

Télécharger

Le ruisseau glacé et le Lac Nègre

Jusqu'à présent, je n'avais jamais fait de randonnée avec les raquettes à neige. J'ai choisi un itinéraire que je connais déjà, car je sais que s'orienter dans la neige est différent, plus difficile. Le chemin disparaît sous l'épaisse couche blanche et si on veut s'orienter il faut plus que jamais la lecture du paysage: les crêtes, les vallées, les cours d'eau ... ou tout simplement la lecture du GPS pour les fainéants ou pour ceux qui ne veulent pas trop penser en regardant la carte. 😉

Le rendez-vous pour commencer la randonnée est à 9 heures du matin, j’arrive le premier et j'attends Jeff et François qui sont un peu en retard. On ne peut pas atteindre le parking à partir duquel on commence habituellement la randonnée en été: la route est barrée à cause de la glace et de la neige présentes à partir de là. Au point de départ, je vois qu’il y a Sophie, une femme que je connais grâce à un groupe Facebook de montagne. Nous nous présentons, nous parlons un peu et puisqu’elle veut aussi aller au lac Nègre, je lui propose de venir avec nous.

Il fait froid, mais le soleil est déjà là et ses rayons nous mettent de bonne humeur pour le départ. Nous suivons la route du Col de Salèse jusqu'au parking, où la balise n°434 marque le début du chemin. La situation nous semble gérable sans qu'il soit nécessaire de mettre les raquettes à neige, mais avant d'arriver à la Vacherie de Salèse il y a des parties gelées qui nous demandent une attention particulière. Nous essayons de passer le plus possible sur les côtés, là où la glace laisse place à la neige, et nous nous aidons en saisissants les petites branches des arbres pour ne pas tomber.

Le chemin continue sans difficulté jusqu'au Col de Salèse où nous faisons une courte pause. Nous regardons les montagnes autour de nous et nous essayons de les identifier; commence alors un cours d’orientation avec la carte à la main et, pendant que les autres essayent de donner un nom aux montagnes, moi, j'en profite pour grignoter quelques choses, je sais qu’il manque encore beaucoup et j’ai besoin d’un peu d’énergie.

Quelques minutes plus tard nous reprenons à marcher et nous arrivons devant au petit pont en bois que j'attendais depuis le départ.

Randonnée - Lac Nègre

Je me souviens de ce pont depuis l’excursion faite en automne, c'est un endroit caractéristique de cet itinéraire. Le pont passe à l'endroit où le terrain change de pente et l'eau descend avec de petites cascades. Le ruisseau est complètement gelé et l'eau coule en dessous comme emprisonné, seulement un point, où la glace est brisée, semble permettre à l'eau de respirer à nouveau avant de poursuivre la descente.

 

Nous continuons l'ascension à travers les bois jusqu'à ce que la pente devienne moins raide et que le sentier se rapproche à nouveau du ruisseau que nous avions passé après le pont. Je regarde sur la droite, au-delà des arbres, et je vois le ruisseau complètement gelé qui traverse une zone bien plus plate, avec de la neige fraiche.

Randonnée - Lac Nègre

C'est un paysage spectaculaire que je décide d'observer de plus près. Je dis aux autres de vouloir prendre des photos et de continuer sans m’attendre. Je m'approche du ruisseau et je suis littéralement fasciné. L'eau complètement gelée a des tons de blanc, gris et bleu auxquels s'ajoutent les ombres des arbres et la lumière du soleil. On n'entend rien, seulement le bruit de l'eau qui trouve ici et là des ouvertures, et glisse entre les pierres et la glace qui l’emprisonne. Je m'arrête pour observer, pour écouter... Je pense que j'ai de la chance à être ici, maintenant. La nature nous offre toujours de merveilleux spectacles quand nous prenons le temps de nous arrêter et d’observer. Je me sens heureux, entièrement satisfait de la randonnée avant même d'arriver au lac.

Après ce moment de magie, je rejoins les autres qui se sont entre-temps arrêtés quelques minutes et nous continuons tous ensemble. Nous arrivons à la balise n°270 qui marque le début de la dernière partie, celle qui sort de la zone boisée et qui passe sur le côté du Caïre Pounchu. C'est la partie la plus technique compte tenu de la pente transversale et de l'absence de véritable chemin. Sur une vingtaine de mètres, je ne me sens pas totalement en sécurité; on doit bien foncer les bâtons dans le sol et essayer de creuser avec la pointe de la chaussure une trace qui permets de faire le pas suivant.

Randonnée - Lac Nègre
Passage sur la pente du Caïre Pounchu

 Les raquettes auraient sûrement beaucoup aidé sur ce tronçon, mais je ne les avais jamais mises et je ne pense pas que c'était le bon endroit pour les inaugurer.

Après cette partie, le chemin redevient facile et nous pouvons enfin voir de loin le lac Nègre, complètement gelé et recouvert de neige, une vaste étendue de neige, blanche et plate.

Randonnée - Lac Nègre
Vue sur le lac Nègre

Arrivés devant le lac, nous prenons quelques photos, mais nous décidons de faire la pause déjeuner un peu plus loin à mi-hauteur du lac, là où la vue est certainement plus belle. Cependant, à partir de ce moment-là, il faut chausser les raquettes car la neige est plus molle et on s'enfonce dedans. Je teste donc mes nouvelles raquettes sur ce dernier tronçon et je constate que j’aime marcher avec les raquettes. Je me sens comme un cyborg avec des nouvelles parties mécaniques qui peuvent marcher partout sur la neige. Je remarque par contre que c'est plus fatiguant et que si nous avions dû faire toute la montée comme ça, il aurait été surement une autre chose.

Je continue à marcher et, à un moment donné, je vois que Jeff décide de couper le sentier, sur une courte distance, en passant sur le lac. Moi, je décide au contraire de ne pas couper et passer par le sentier, car même si la glace du lac est très épaisse, je n'aime pas du tout l'idée de couler dedans.

Nous arrivons enfin à l'endroit que nous avons choisi pour la pause déjeuner. Il offre une belle vue sur le lac et nous pouvons admirer toute son ampleur pendant que nous mangeons quelque chose et que nous continuons à parler.

Randonnée - Lac Nègre

Après avoir mangé et avoir profité d'un moment de détente, nous décidons de ne pas trop tarder à rebrousser chemin car la descente est longue, nous mettons donc nos raquettes et partons.

Randonnée - Lac Nègre

Arrivé à la balise n°270 je décide d’enlever les raquettes, la descente dans les bois me parait faisable avec juste les chaussures de randonnée car, pendant la montée, je n’ai pas vu des points dangereux.

Je dis à Jeff et François que j'ai envie de profiter du paysage et de m'arrêter à prendre des photos pendant la descente, mais eux ils préfèrent descendre vite et arriver avant au parking sans trop tarder. On décide donc de former deux binômes et pendant que Jeff et François continuent la descente, Sophie et moi, nous décidons de nous arrêter à nouveau là où le sentier passe à côté du ruisseau gelé, cet endroit est tellement beau qui mérite une autre visite avant de partir.

 

Sophie décide de faire un tour à côté du ruisseau et moi je reprends la descente par le sentier et je m'arrête juste après le pont en bois à l'attendre. Quand Sophie me rejoint, nous continuons la descente tranquillement… mais un moment de distraction suffit pour que je fasse un faux pas sur la glace: inutile de vouloir garder l’équilibre, je n’ai aucun appui stable et je tombe violemment sur la glace avec le genou gauche. Je regarde et je vois un gros hématome, il fait mal, très mal. Je peux quand même bouger le genou. Sophie me donne un morceau de glace et je le garde contre le genou pour calmer la douleur. C'est drôle… la glace qui m’a fait tomber est là maintenant pour soulager la douleur. Même si le genou me fait mal on n'a pas le choix, il faut continuer la descente sans attendre encore, car il est tard et le soleil est en train de disparaître derrière les montagnes. Je me mets debout et je vois que je peux marcher, lentement nous reprenons la descente.

Nous suivons le même sentier de la montée, mais après le Col de Salèse, vu que j'ai mal au genou, nous décidons de continuer sur la route, plus large et confortable, plutôt que sur le chemin qui traverse le bois. La route descend presque parallèle au chemin jusqu'à un certain point à partir duquel elle commence à s'éloigner en faisant des virages, nous reprenons donc le chemin dans les bois pour ne pas trop allonger le trajet.

Après la Vacherie de Salese, nous décidons de chausser les raquettes, le chemin est glacé et la partie que nous avons faite à la montée en passant très soigneusement sur le côté est trop dangereuse. Les raquettes ont une très bonne prise sur la glace, les crampons au-dessous accrochent bien et rendent la descente plus sûre et plus confortable du coup nous les gardons jusqu'à la fin.

Arrivés au parking il n’y a plus que nos voitures, nous sommes un peu fatigués mais satisfaits de la journée. Une très belle randonnée hivernale, variée, avec une large partie boisée, un ruisseau et un lac magnifique au milieu des montagnes. Je regrette juste d'être tombé si bêtement et d’avoir maintenant mal au genou...